Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint Eloi du Noyonnais
Menu

2ème Dimanche de l'Avent

Sur notre route de l'Avent, nous trouvons Jean Baptiste, le dernier prophète de l'Ancien Testament ; ce qui frappe, c'est son humilité, son effacement. Il avait tout pour réussir, pour jouer au Messie dont les foules rêvaient. Il s'est obstiné à rester dans l'ombre, dans l'oubli de soi. Il vient accomplir ce qui avait été annoncé par le prophète Isaïe. Il est la voix qui crie dans le désert : "Préparez les chemins du Seigneur, aplanissez sa route."
"Tout ravin sera comblé…" Ces ravins, ce sont nos vides, nos manquements devant Dieu, nos péchés, nos omissions. Un des grands vides de notre vie, c'est que nous ne prions pas ou que nous prions trop peu. Il nous faut réparer une telle omission. C'est maintenant le moment de prier avec intensité. Il est urgent de réserver à notre vie spirituelle la place qu'elle mérite. Un des grands vides c'est aussi le fossé que nous creusons entre nous et les autres. Nous ne pourrons le combler qu'en nous montrant attentifs et généreux.
"Toute montagne et toute colline seront abaissées…" À travers cette parole, Jean Baptiste désigne notre orgueil, notre superbe. C'est ce qui se passe quand notre vie reste centrée sur nous-mêmes. Tous ces obstacles qui nous éloignent de Dieu doivent être éliminés : avec lui, "les passages tortueux deviendront droits, les escarpements seront changés en plaine. Alors la gloire de Dieu se révèlera à tous.
La consigne est claire : il ne s'agit pas de dérouler "le tapis rouge" sous les pas du Christ. Ce qu'il nous faut construire, c'est une gigantesque autoroute (sans péage) pour que tous les hommes puissent bondir à la rencontre du Bien-aimé.

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

(Mc 1, 1-8)

Commencement de l’Évangile de Jésus,
Christ, Fils de Dieu.
Il est écrit dans Isaïe, le prophète :
Voici que j’envoie mon messager en avant de toi,
pour ouvrir ton chemin.
Voix de celui qui crie dans le désert :
Préparez le chemin du Seigneur,
rendez droits ses sentiers.
Alors Jean, celui qui baptisait,
parut dans le désert.
Il proclamait un baptême de conversion
pour le pardon des péchés.

Toute la Judée, tous les habitants de Jérusalem
se rendaient auprès de lui,
et ils étaient baptisés par lui dans le Jourdain,
en reconnaissant publiquement leurs péchés.
Jean était vêtu de poil de chameau,
avec une ceinture de cuir autour des reins ;
il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage.
Il proclamait :
« Voici venir derrière moi
celui qui est plus fort que moi ;
je ne suis pas digne de m’abaisser
pour défaire la courroie de ses sandales.
Moi, je vous ai baptisés avec de l’eau ;
lui vous baptisera dans l’Esprit Saint. »